Loge maçonnique "René Guénon"

N° 76, Grande Loge Suisse Alpina, à l’Or.·. de Lausanne

ACCÈS MEMBRES

Nul n'entre ici s’il n’est géomètre !

COMMANDES

Recherche

LVolumeA FRANC-MAÇONNERIE : UNE ASSOCIATION HUMANISTE ET PHILANTHROPIQUE À BUT NON-LUCRATIF ...

La Franc-Maçonnerie est un « Ordre » (une organisation de personnes respectant une règle de vie et de comportement) initiatique et humaniste qui propose un voyage spirituel à travers la symbolique des constructeurs de cathédrales et la connaissance de soi.

Pour donner une définition de la Franc-Maçonnerie, il faut sans doute se rapporter aux premiers textes datant de 1723, écrits par la première Grande Loge à Londres « Les Anciennes obligations » ou « Constitutions d'Anderson ». Là encore, il faut bien remettre cette définition dans le contexte religieux et politique de l’Angleterre de l’époque qui sortait de plusieurs guerres de religion. Il y avait une certaine lassitude de ces guerres stériles et l’on cherchait un lieu, un endroit neutre, pour se retrouver et échanger en toute fraternité, en tolérant différents horizons pour discuter ensemble quelles que soit les convictions, les religions, à l’abri des dogmes et des certitudes.

Donc la première définition introduite en 1723 est la suivante : « La Franc-Maçonnerie est un centre d’union et le moyen de nouer une véritable amitié sincère entre des personnes qui n’auraient pu que rester perpétuellement étrangères. Un Franc-Maçon est obligé de par sa tenure d’obéir à la loi morale et s’il comprend bien l’Art, il ne sera jamais un athée stupide ni un libertin irréligieux. » Ce qui est là une définition déjà assez libérale, déiste à l’époque, qui révèle la tolérance religieuse et le pluralisme. On peut aussi déduire de cette définition que la Franc-Maçonnerie ne tient pas compte de la provenance sociale, culturelle, religieuse, etc. Une fois entré en Franc-Maçonnerie, tout un chacun est égal à l’autre. C’est pourquoi, ils se considèrent comme « frères » égaux en droits et devoirs.

On peut regarder la Franc-Maçonnerie comme un espace de sociabilité où des frères viennent chercher à dépasser le cadre tumultueux qu’ils trouvent dans la vie normale afin de se ressourcer et trouver autre chose. C’est une association philosophique et philanthropique, mais également une école de vie, d’humanisme, rejetant les vérités uniques. Mais ce qu’il faut comprendre, c’est que malgré la variété d’orientation au sein de la Franc-Maçonnerie, le but de celle-ci reste le même, quelle que soient l’obédience ou la loge.

La Franc-Maçonnerie est philanthropique, à but non lucratif. Elle ne cherche pas à faire du commerce ou du profit. Son objectif est essentiellement humaniste, centré sur la dignité humaine et son amélioration. La Franc-Maçonnerie croit en la perfectibilité de l’Homme. Il y a différentes façons de faire, mais le but reste le même partout : essayer d’améliorer l’Homme ; pour ça, il doit parvenir à se connaître lui-même. La maxime inscrite au fronton du temple de Delphes, « Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux » résume assez bien le but de l’organisation : « l’Ordre » en opposition au désordre, le Chao, suivant cette devise antique : « Ordo ab Chao ! » (l’ordre issu du désordre). Dans la mythologie grecque, la fécondité du chaos est à la base de l'émergence du monde.

L’initiation maçonnique, inspirée des outils des compagnons bâtisseurs de cathédrales, propose de se construire son propre Temple intérieur en commençant une introspection au plus profond de soi-même pour découvrir son moi véritable et comprendre ainsi son rapport avec ce que Carl Gustav Jung a pu appeler « l’Âme du monde »[1]. En deçà de notre corps ordinaire (corps animal), il existe une autre dimension du corps, qui nous relie à ce que C.G. Jung[2] et W. Pauli[3] appellent l'inconscient collectif et qu'ils identifient à l'Âme du monde.

  • [1] « Le corps inconscient  Et l'Âme du monde » selon C.G. Jung et W. Pauli, 2016.
  • [2] Carl Gustav Jung (1875 – 1961) : médecin psychiatre suisse.
  • [3] Wolfgang Ernst Pauli (1900 –1958) : physicien autrichien connu pour sa définition du principe de Pauli, ce qui lui valut le prix Nobel de physique de 1945.