Loge maçonnique "René Guénon"

N° 76, Grande Loge Suisse Alpina, à l’Or.·. de Lausanne

ACCÈS MEMBRES

Nul n'entre ici s’il n’est géomètre !

COMMANDES

Recherche

FAQ - QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES ...

FAQ

Ces articles ont pour objectif de répondre à certaines questions fréquemment posées à notre institution. Il est important, cependant, de préciser tout de suite à tous ceux qui sont persuadés que la Franc-Maçonnerie fait partie d'un complot judéo-maçonnique-illuminati mondial, qu'on leur a menti et que ce n'est pas la vérité. Que tous ceux qui estiment avoir la Vérité en eux passent leur chemin et quittent ce site car il n'est pas dans notre intention de les convertir.


 

Culte diableCertains ex-francs-maçon, ultra-catholiques, l'affirment dans leurs livres. En fait il s'agit d'une vielle histoire qui date de l'entre-deux-guerre avec la célèbre affaire Léo Taxil. Entre 1885 et 1897, Léo Taxil met au point un canular antimaçonnique d’ampleur considérable, qui fait croire à l’existence d’un culte satanique chez les francs-maçons. Taxil va jusqu’à inventer de faux rituels, des personnages fictifs, des affaires d’abus sexuel et des complots.

En 1892, Taxil lance la revue Le Diable au XIXe siècle : “Les mystères du spiritisme : la Franc-maçonnerie luciférienne, révélations complètes sur le palladisme, la théurgie, la goétie et tout le satanisme moderne, magnétisme occulte, pseudo-spirites et vocates procédants, les médiums lucifériens, la cabale fin-de-siècle…”

La revue, truffée d’inventions qu’on appellerait aujourd’hui “fake-news”, eut un véritable succès, notamment auprès des membres de l’Eglise catholique.

En 1893, l’archevêque Leo Meurin publie La Franc-Maçonnerie, Synagogue de Satan, un livre qui réutilise les arguments de Léo Taxil. Taxil est démasqué en 1897 et avoue lui-même son imposture.

Pourtant, l’œuvre antimaçonnique de Taxil continue d’avoir un grand succès dans les milieux catholiques traditionalistes, nationalistes et antidreyfusards, et encore aujourd’hui dans les milieux d’extrême-droite.

Le fondement doctrinal de l’antimaçonnisme catholique repose sur la Constitution apostolique In Eminenti Apostolatus Specula du Pape Clément XII. Celle-ci proclamait, en 1738 : " Des hommes de toute religion et toute secte […] se lient l’un à l’autre par un pacte aussi étroit qu’impénétrable selon les lois et des statuts qu’ils ont créés eux-mêmes et s’obligent par un serment prêté sur la Bible et sous de graves peines à cacher dans un silence inviolable tout ce qu’ils font dans l’obscurité du secret. " (Cité dans Boutin P., La Franc-maçonnerie, l’Église et la modernité : les enjeux institutionnels du conflit, Paris, Desclée de Brouwer, 1998, p. 125.).

L'assimilation de la maçonnerie à une contre-Église encourage son amalgame avec l’hérésie et le satanisme. Outre l’occultisme, elle est également amalgamée par ses détracteurs au protestantisme, au socialisme et au judaïsme. En résumé, « L’antimaçonnisme est un courant polémique, apparu en Europe au XVIIIe siècle, ayant pour objet la critique de la franc-maçonnerie. S’il est convenu de faire remonter la franc-maçonnerie à la création, en 1717, de la Grande Loge de Londres, l’antimaçonnisme est pourtant antérieur. Dès 1698, un tract antimaçonnique circulait à Londres, mettant en garde les chrétiens contre la "secte diabolique". ».