Loge maçonnique "René Guénon"

N° 76, Grande Loge Suisse Alpina, à l’Or.·. de Lausanne

ACCÈS MEMBRES

Nul n'entre ici s’il n’est géomètre !

COMMANDES

Recherche

Ce fameux secret maçonnique qui fait tant jaser depuis si longtemps. Depuis trop longtemps !

Le secret maçonnique, comme tout ce qui est maçonnique, est avant tout un symbole qu'il faut décoder, décrypter, interpréter. Ce curieux symbole a plusieurs racines :

  • La première racine est historique : les Francs-Maçons opératifs étaient des hommes de métier, souvent illettrés, dépositaires d'un réel savoir-faire. Il suffit de visiter un jour une basilique comme Vézelay ou une cathédrale comme Chartres ou Reims pour se rendre compte du miracle que ces édifices constituent.
  • Les règles du métier, pour n'être ni corrompues, ni détournées, devaient être tenues secrètes. Tout nouveau maçon devait prêter serment, sous peine des sanctions les plus graves de garder inviolables tous les secrets du métier et de ne les révéler qu'à quelqu'un dûment reconnu comme maçon de métier. Pour se faire reconnaître, des mots, des signes et des attouchements secrets étaient et sont toujours d'usage.
  • La deuxième racine est sociologique : en pays catholiques, au 19e siècle surtout, l'église a fréquemment condamné la Franc-Maçonnerie. l'Islam, encore aujourd'hui et notamment dans les pays du Maghreb, dans sa grande tolérance puni de mort l'appartenance à la Franc-Maçonnerie, raison pour laquelle il n'existe pas ou peu de Loges dans ces pays et si elles existent on peut deviner l'explication de leur très grande discrétion. Raison aussi pour laquelle il est hors de question de signaler leur éventuelle existence.
  • Par ailleurs, le nazisme et le communisme, comme tous les totalitarismes, sont profondément allergiques à la Franc-Maçonnerie qui véhicule des messages humanistes de liberté, de tolérance et de différence. Des Maçons sont morts dans les camps et les goulags aux côtés des Juifs et des Tziganes.
  • Cette condamnation et ces persécutions ont induit une certaine obsession du secret chez bien des Maçons. Cette obsession a moins de raisons d'être aujourd'hui, mais les habitudes sont prises et il est vrai que, dans certains milieux, s'afficher comme Franc-Maçon peut conduire à des désagréments, notamment professionnels. Cela explique pourquoi, dans nos pays, il est de règle de ne jamais dévoiler l'appartenance d'un Franc-Maçon vivant à quiconque, sans sa permission expresse.
  • La troisième racine est psychologique : elle exprime seulement que l'amour fraternel, la connivence, la sérénité, la tranquillité d'esprit et d'âme requièrent une certaine intimité. Et que cette intimité n'est possible qu'à l'écart, dans des lieux réservés.

Ensemble, ces trois raisons expliquent pourquoi la Franc-Maçonnerie n'est pas une société secrète, mais une société discrète.

Mais il y a une quatrième racine autrement plus sérieuse, symbolique et initiatique celle-là. L'initiation maçonnique enclenche, dans les couches les plus profondes de l'individu, un processus de perfectionnement impossible à exprimer à quelqu'un qui ne le vit pas lui-même.

Tout ou presque tout a été révélé sur la Franc-Maçonnerie. Les librairies regorgent d'ouvrages plus ou moins pertinents, plus ou moins authentiques, plus ou moins sérieux, qui révèlent les rituels, les mots de passe, les poignées de main. Il n'en demeure pas moins que le vrai secret de la Franc-Maçonnerie est incommunicable à quiconque n'est pas Franc-Maçon. Déjà au 18e siècle circulait ce petit sonnet anonyme bien connu :

Pour le public, un Franc-Maçon
Sera toujours un vrai problème,
Qu'il ne saurait résoudre à fond
Qu'en devenant Maçon lui-même.

C'est de l'effort, du travail, du combat communs que naissent les connivences et les fraternités qui vont au-delà de tous les mots : là est l'essence du seul et véritable secret maçonnique que nul, jamais, ne saura trahir.