Loge maçonnique "René Guénon"

N° 76, Grande Loge Suisse Alpina, à l’Or.·. de Lausanne

ACCÈS MEMBRES

Nul n'entre ici s’il n’est géomètre !

COMMANDES

Recherche

colonnes 02La Loge maçonnique "René Guénon"

L'Atelier, travaille essentiellement à rassembler ce qui est épars dans le cadre de la franc-maçonnerie initiatique et universelle qui est une alliance d’hommes libres de toutes confessions et de tous horizons sociaux où, peuvent se rencontrer en toute égalité et fraternité, des personnes qui n'auraient jamais eu cette chance dans la vie de tous les jours.

La franc-maçonnerie est un Ordre initiatique et humaniste qui propose un voyage spirituel à travers la symbolique des constructeurs de cathédrales et la connaissance de soi.

" La Loge Maçonnique René Guénon est une association au sens des articles 60 et suivants du Code Civil Suisse. Elle a son siège à Lausanne, ch. du Petit-Beaulieu 3. Elle accepte la constitution et le règlement de la Grande Loge Suisse Alpina. "  (Art. 1, Statuts).

" La Loge Maçonnique René Guénon a pour buts :

  • la pratique de la Maçonnerie de St-Jean au Rite Ecossais Ancien et Accepté,
  • de travailler au perfectionnement spirituel et éthique de ses membres,
  • de pratiquer les principes humanistes, ainsi que ceux de la bienfaisance,
  • de maintenir et de développer l’amitié et la fraternité entre ses membres,
  • de contribuer à la réalisation des principes inscrits dans la constitution de la Grande Loge Suisse Alpina. " (Art. 2, Statuts).

L'homme, René Guénon, a voulu témoigner de cette tradition éternelle et universelle, conservée en Orient dans l’Inde Védantique en particulier, pour servir de modèle à un Occident, pour lui dévoyé par le matérialisme et l'individualisme. Ses écrits s’adressaient à une "élite" capable de discerner les traces de cette tradition éparses dans la symbolique religieuse ou dans la franc-maçonnerie considéré par lui comme la dernière initiation régulière de l’Occident. 

" Pour aller plus loin et pour s'affranchir entièrement des conditions de vie et de durée qui sont inhérentes à l'individualité, il n'est pas d'autre voie que celle de la connaissance, soit "non-suprême" et conduisant à Ishwara, soit « suprême » et donnant immédiatement la Délivrance ". (René Guénon, " L'homme et son devenir selon le Vedântâ ", Paris 1925, p. 233)

" La connaissance de soi est une naissance à sa propre lumière, à son propre soleil. L'homme qui se connaît est un homme vivant. "  (Marie-Madeleine Davy, "La connaissance de soi", 1966).