Loge maçonnique René Guénon

No. 76, Grande Loge Suisse Alpina

Get Adobe Flash player
15diab.jpg

 

Platon"Que nul n'entre s'il n'est géomètre !"

La tradition veut que cette phrase ait été gravée à l'entrée de l'Académie, l'école fondée à Athènes par Platon (424 - 347 av. J.-C.). Cette phrase est souvent gravée à l’entrée des temples maçonniques. En fait, la traduction du grec n’est pas tout à fait exacte, il serait préférable de traduire l'inscription supposée par « Que pas un inapte à la géométrie n'entre ! ».

Reine du cielL’étoile à 5 branches

C'est un très ancien symbole ésotérique en rapport avec le principe initiatique. C’est un catalyseur de la conscience et des énergies de la nature. Il représente la conscience incarnée ; l’esprit dans la matière. On retrouve cette étoile dans tous les principaux cultes féminins des « déesses mères » : Ishtar, Astarté, Inanna, Rhéa, Déméter, Perséphone, Vénus, Aphrodite, Isis et, plus tard, le Saint Graal. On la retrouve encore dans l'iconographie chrétienne de la Vierge Marie, « Reine de la Terre et du ciel ». 

Pour les Druides, c'était un symbole de la Déesse et de la Divinité. En Egypte, la déesse de la fécondité et des origines du monde, Sopdet associée à Isis, était la personnification de l'étoile Sirius qui annonçait le début de la crue du Nil et donc de l'année.

La géométrie du pentagramme liée au nombre d’or et son rapport avec la métaphysique ont été étudiés par les Pythagoriciens. Selon eux, cette étoile représentait l’harmonie, la beauté, la perfection.

 Initiation & Tradition ...

" Il existe encore actuellement, même en Occident, des homSymboles voie initiatiquemes qui, par leur «constitution intérieure», ne sont pas des «hommes modernes», qui sont capables de comprendre ce qu’est essentiellement la Tradition, et qui n’acceptent pas de considérer l’erreur profane comme un fait accompli ; et c’est à ceux-là que nous avons toujours entendu nous adresser exclusivement. "

" L’antitradition a eu son expression la plus complète dans le matérialisme qu’on pourrait dire « intégral », tel qu’il régnait vers la fin du siècle dernier (XIXe) ; quant à la contre-initiation, nous n’en voyons encore que les signes précurseurs, constitués précisément par toutes ces choses qui visent à contrefaire d’une façon ou d’un autre l’idée traditionnelle elle-même. "

" Chercher de satisfaire les besoins matériels des hommes est une illusion, parce que la civilisation moderne crée toujours plus de besoins artificiels qu’elle n’en peut satisfaire. "

René GUÉNON

Religion du Livre"L’esprit traditionnel ne peut mourir, parce qu’il est, dans son essence, supérieur à la mort et au changement; mais il peut se retirer entièrement du monde extérieur, et alors ce sera véritablement la « fin d’un monde »" (René Guénon, La crise du monde moderne).

Qu'est-ce que la Tradition ?

Parler de Tradition, c'est supposer la persistance d'un contenu préexistant. L'Ésotérisme et, plus particulièrement encore, les sociétés initiatiques se réclament d'une Tradition, à tort ou à raison. Les traditionalistes sont ceux qui s'attachent aux valeurs et notions transmises par cette Tradition écrite ou orale.

La Tradition pour eux est le pré supposé des informations transmises de génération en génération, de doctrines enfermées dans certaines sphères, de pratiques développées dans l'Église depuis le début du christianisme. Pour d'autres, comme Guénon et Tourniac, cette Tradition est bien antérieure à tout récit biblique ; elle appartient au plus lointain des siècles, elle transcende toutes valeurs actuelles.

Franc4

La Quête & la Règle ...

La Tradition s’exprime de deux manières différentes et complémentaires : c’est d’une part l’évolution d’un état d’esprit, l’idée de décadence, et d’autre part un courant intellectuel et philosophique. 

  • Quelle est la place d'un Ordre initiatique dans le monde moderne ?
  • Cela a-t-il encore un sens aujourd’hui ?
  • Avant de se demander quelle est la place d’un ordre initiatique, il serait judicieux de commencer déjà par se demander ce qu’est un ordre initiatique ?

Origine de l’ésotérisme de la Lumière

Les fêtes solsticiales de fin d'années remontent à l'aube de l'histoire de l'humanité. Les fêtes solsticiales (autour des 21 juin et 21 décembre) ne reflètent pas seulement le caractère des saisons. Le solstice d'hiver, saison habituellement froide, triste et sombre, inaugure en fait le début de la phase ascendante du soleil dans le ciel vers la lumière. Le solstice d'été, saison d'ordinaire chaude, joyeuse et claire, amorce au contraire la phase descendante de l'astre vers l'obscurité.

Les fêtes solsticiales renvoient au symbolisme romain de Janus (de “janua” qui signifie porte), le dieu aux deux visages et, plus tardivement, aux fêtes chrétiennes de la Saint-Jean d'hiver (Jean l'Évangéliste fêté le 27 décembre) et de la Saint-Jean d'été (Jean le Baptiste fêté le 24 juin). En effet, ces fêtes sont en rapport avec l'ésotérisme de la Lumière, faisant référence à cette étincelle enfouie dans le cœur de l'Homme.

Bannière
Bannière