Loge maçonnique René Guénon

No. 76, Grande Loge Suisse Alpina à l'Or.·. de Lausanne

Get Adobe Flash player

testamentMort physique – mort initiatique : même finalité ?

Cette question de la mort, chacun se la pose et essaye d’y répondre à sa manière. Pour comprendre ma vision de la mort physique, il faut d’abord parler de la naissance. Au début, une minuscule ovule est fécondé par un microscopique spermatozoïde, portant chacun un set complet de gènes qui contiennent toutes les potentialités du futur être. C’est mécanique, ou plutôt biochimique. Or je suis persuadé que l’homme n’est pas qu’une machine, aussi complexe soit-elle, mais qu’il est aussi habité par ce qu’on appelle une âme immortelle qui permet d’entrer en relation avec le Grand Architecte de l’Univers, ce qui distingue l’homme des animaux. D’où vient-elle ? Serait-elle déjà présente dans l’ovule, ou dans le spermatozoïde, ou dans les deux ?

Dans l’histoire de la création telle qu’elle nous est racontée dans le premier livre de la bible, il est dit que Dieu façonna l’homme avec de la poussière prise du sol – créant ainsi l’homme physique, matériel, puis qu’il lui insuffla l’haleine de vie – lui donnant ainsi sa dimension spirituelle, immatérielle, cette étincelle divine immortelle qui permet de dire que l’homme est crée à l’image de Dieu. Selon ce livre de la Genèse, le monde a été crée en 7 jours, mais cela veut simplement y décrire les différentes étapes, car Dieu n’est aucunement lié à notre espace-temps, il est à la fois indicible, tout autre, le « UN » immuable, et en même temps présent au sein de sa Création ; il est à la fois transcendent et immanent. Ainsi il continue aujourd’hui d’agir, à créer à tout moment : après la fécondation d’une ovule, il insuffle dans cet être en devenir son âme.

Que se passe-t-il au moment de la mort ? Je pense qu’à ce moment, notre âme quitte notre espace-temps et entre dans un éternel présent. Je m’explique : on peut figurer l’écoulement du temps par une droite, la passé étant p.ex. à gauche, le futur à droite, et le présent… un point qui se déplace continuellement  sur cette droite! Or, un point, s’il existe bel et bien, n’a aucune dimension (géométrique), on peut dire qu’il est à la limite du monde manifesté et du non-manifesté. Au moment de la mort, le temps s’arrête, ce point se dilate et l’âme franchit cette porte pour entrer dans une tout autre dimension que personne ne connaît, il rejoint le UN. Le corps, lui, rejoint la terre, redevient poussière.

Qu’en est-il de la mort initiatique ? Toutes les traditions authentiques en parlent. Dans la tradition chrétienne, Saint Jean nous en parle de sans ambiguïté dans son évangile au chapitre 3, où Jésus s’entretien avec Nicodème. Ayant reconnu en Christ l’envoyé de Dieu, Jésus dit à celui-ci : » à moins de renaître à nouveau, nul ne peut voir le Royaume de Dieu ». Et à la question de Nicodème, comment un adulte pouvait renaître une deuxième fois, Il répond : « Nul, s’il ne naît d’eau et d’Esprit, ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. » Ces phrases sont assez énigmatiques. Le Tarot et la kabbale hébraïque vont nous éclairer.

mortDans le Tarot, la 13e lame figure la mort sous forme d’une faucheuse, qui coupe des têtes couronnées, des mains et des pieds qui émergent de la terre, les restes des corps y étant enfoui. La lame suivante, où l’on voit un ange transvaser de l’eau d’une cruche en argent dans une cruche en or, précise la signification de la faucheuse : il faut couper, abandonner certaines partie de notre être – certaines aspérités de notre pierre brute – pour renaître à une nouvelle vie, pour passe à un niveau supérieur, pour devenir de l’or. Il y a plus : la 13e lettre de l’alphabet hébraïque est le « Mem » ou « Mayim » (מים), qui signifie « les eaux ». Sa valeur kabbalistique est 40, et là, cela devient passionnant. En effet, ce nombre 40 signifie toujours, dans la Bible, un changement ontologique (où l’on passe d’un état à un autre), associé à une épreuve (souvent liée à l’alimentation): lors du déluge, les pluies sont tombées pendant 40 jours et 40 nuits (à travers le déluge, Noé est initié) ; Moïse passe 40 jours dans la montagne du Sinaï, avant de recevoir les Tables de la Loi (d’ailleurs, en descendant de la montagne, la peau du visage de Moïse était devenue rayonnante, de sorte que les fils d’Israël craignaient de s’approcher de lui [Exode fin du ch. 34]) ; Israël a traversé le désert pendant 40 ans pour passer de l’esclavage à la liberté ; le prophète Eli, se croyant abandonné par le Seigneur, va dans le désert et veut mourir. Mais un ange lui apporte à boire et à manger et le conduite pendant 40 jours vers une grotte où il va rencontrer le Divin (1er livre des Rois, ch. 19) ; après son baptême, Jésus passe 40 jours dans le désert puis, par la puissance du Saint-Esprit, il se met à enseigner (Luc ch. 4) : de simple charpentier, il devient le Messie, en harmonie parfaite avec le Créateur; 40 jours après la résurrection, Jésus est enlevé : déjà par sa mort et sa résurrection, il a changé d’état (les disciples ne le reconnaissent pas, il traverse des murs,…), puis 40 jours après, il rejoint le UN (Actes des Apôtres ch. 1). Donc, cette 13e lame du Tarot parle bien d’une mort qui est nécessaire pour pouvoir renaître dans un état supérieur. René Guénon, dans son livre « Le symbolisme de la Croix », y parle de manière magistrale.

MemPour terminer, la lettre « Mem » prononcée « Mayim » nous cache encore une surprise : comme nous l’avons vu tout à l’heure, « Mayim » signifie « les eaux », et l’hiéroglyphe égyptien du « Mem » nous transmet l’idée de matrice : c’est bien au sein d’une matrice que peut naître une nouvelle vie. De « Mayim » vient aussi le nom de Myriam, qui, en latin, deviendra Maria: or la vierge Marie est la matrice qui donne naissance au Fils de Dieu (pensons en particulier aux vierges noires, symbolisant la déesse Terre, déesse de la fécondité, matrice de toute vie). Ce Fils de Dieu n’est autre que le « Soi » qu’il faut laisser grandir au détriment du « moi », la pierre philosophale des alchimistes, la pierre du VITRIOL. La notion de Terre est d’ailleurs reprise avec notre cabinet de Réflexion, dans lequel on enferme le profane avant son initiation. Dans notre rituel, les premières paroles que l’Expert adresse au profane sont : « Ce Cabinet de Réflexion figure la Terre: comme la graine qui doit mourir avant de germer, vous allez vous y dépouiller à votre tour, abandonner ici la dépouille du vieil homme que vous êtes avant de renaître à une vie nouvelle. »

N’est-ce pas là un arcane majeur de notre quête de Franc-maçon qui résume parfaitement ce qu’est la mort initiatique ?